Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Itada-Kimasu

Amatrice de cuisine d'Extrême-Orient, mon blog a pour but de vous faire découvrir des recettes principalement Japonaises mais aussi Chinoises, Coréennes, Thaïlandaises, Vietnamiennes etc.

15 May

Certains l'aiment cru : préparer des sushis & des sashimis

Publié par Itada-Kimasu  - Catégories :  #Découvertes, #Poissons, #Sushis, #Sashimis

Certains l'aiment cru : préparer des sushis & des sashimis

Il existe de nombreuses façons de cuisiner le poisson au Japon, mais l’expérience ultime, l’acmé gastronomique, est sans nul doute de le déguster cru, sous forme de sashimi ou bien de sushi. Cependant, la consommation des fruits de la mer crus exige une fraîcheur irréprochable, et une saveur à l’avenant, ce qui signifie, autrement dit, savoir choisir son produit et connaître la bonne façon de le préparer.

Certains l'aiment cru : préparer des sushis & des sashimis

Archipel situé en Asie orientale, le Japon est entouré de tous côtés par des océans peuplés de milliers de variétés différentes de poissons. Il est donc logiquement bien difficile de parler de cuisine japonaise sans évoquer le poisson, et parmi ses divers modes de préparation, l’art de le servir cru tient une place importante. Partie intégrante de la culture culinaire du Japon depuis des temps reculés, le poisson a toute une somme de connaissances à nous apprendre.

Certains l'aiment cru : préparer des sushis & des sashimis

Le poisson cru, une tradition récente :

Ce n’est que depuis à peu près un siècle et demi qu’au Japon il est devenu courant de consommer du poisson vraiment cru. Avant cette époque, l’on mangeait bien du poisson qui n’avait pas été cuit, mais qui avait tout de même subi un traitement pour éviter de pourrir, que l’on parle de salage ou de marinade à base de vinaigre. Certes, lorsque l’usage de la sauce de soja se répandit dans le pays au milieu du XVIe siècle, certains gourmets commencèrent à déguster du poisson cru coupé en petits morceaux et trempés dans la sauce, mais cette pratique attendit trois siècles pour se répandre parmi les gens du peuple. En fait, la consommation du poisson cru ne se popularisa véritablement qu’après la seconde guerre mondiale, grâce aux avancées technologiques dans la réfrigération électrique, le transport, et aussi l’hygiène urbaine – favorisée entre autres par l’organisation systématique du ramassage des ordures.

Les Japonais ont cependant toujours consommé des fruits de mer, et le vaste répertoire culinaire développé pour cette catégorie d’aliments fut facilement adapté à la préparation du poisson cru. Un tour de main particulier appelé ikejime est employé pour tuer le poisson de manière à assurer la plus grande fraîcheur et le meilleur goût possible.

Pour le ikejime, dès que le poisson est tiré de l’eau, il faut, à l’aide d’un crochet spécial, écraser le rhombencéphale, cette partie du cerveau qui commande les nerfs. Le cœur continue à battre et à pomper le sang ; en coupant les artères situées au niveau des branchies et de la queue, le sang se trouve chassé à l’extérieur et son goût déplaisant ne vient pas affecter la chair. Il est important de bien maintenir le poisson pour éviter que ses mouvements désordonnés n’abîment la chair qui serait moins goûteuse. Un poisson tué par la méthode ikejime n’est pas tout à fait mort – il est si frais que ses muscles bougent encore. C’est le moment de le manger.

Certains l'aiment cru : préparer des sushis & des sashimis

Sashimi et sushi :

Sashimi et sushi sont les plus célèbres accommodements du poisson cru. En réalité, le mot “sashimi” s’appliquait au départ à toute nourriture tranchée, qu’il s’agisse de légumes, de tofu ou de poisson. L’aliment est découpé en bouchées, dans le sens des fibres ou en travers selon ce qui donnera la meilleure saveur. Le sashimi se cuisine au fil du couteau.

Il existe d’ailleurs une expression, kasshu hoju, qui signifie « La découpe vient en premier, la cuisine en second ». Cela signifie que le sashimi est supérieur à tout autre art culinaire..

Le sushi est actuellement célèbre dans le monde entier. Le sushi façonné à la main comporte deux parties – une boulette de riz assaisonnée de vinaigre, facile à prendre à la main, et une garniture faite d’un fruit de mer cru ou cuit. Il y a de cela bien longtemps, le sushi fut inventé dans un but de conservation de la nourriture, mais actuellement qui dit “sushi” pense simplement “boulette de riz avec une garniture”. Reste que les propriétés conservatrices du vinaigre aident bien à empêcher une détérioration trop rapide des ingrédients.

Certains l'aiment cru : préparer des sushis & des sashimis

Choix du poisson et préparation :

En règle générale, on peut cependant dire que plus le poisson est gros, comme le thon, plus il a de chances d’être bon à manger cru. Le sang du thon est riche en fer et en acides aminés qui ne se décomposent que lentement, c’est pourquoi il peut se manger cru. Les poissons de petite taille en revanche, et spécialement s’ils ont un dos brillant et bleuté comme les sardines, ont une chair très fragile, qui s’abîme facilement, et même les Japonais ne les mangeront pas crus, sauf éventuellement s’ils sont extrêmement frais.

Il est important de conserver le poisson aux alentours de 0°C, car ses protéines ont des fibres plus courtes que celles de la viande, ce qui facilite la propagation des micro organismes. Retirez soigneusement les écailles et les entrailles. Un nettoyage soigneux du poisson importe plus que sa fraîcheur elle-même. Durant cette opération, veillez à conserver couteaux, manches, planches à découper ainsi que vos mains aussi propres que possible.

Les produits de la mer utilisés pour le sushi peuvent se préparer de trois façons :
·crus
·saupoudrés de sel ou marinés dans le vinaigre
·bouillis ou grillés.

Quelques exemples de produits de la mer consommables crus : thon, daurade, bouquets, calamar, bar, jeune sériole, sole. En revanche, le genre de poisson dont le dos est brillant et bleuté, à la chair fragile, est susceptible de provoquer des réactions allergiques, donc si vous tenez à en servir cru, du moins placez-le dans le sel quelques temps afin de bloquer la prolifération bactérienne.

On ne répétera jamais assez combien une hygiène scrupuleuse est nécessaire dans la préparation du poisson. En effet, dans le cas du sushi encore plus que du sashimi, la chair du poisson est au contact des mains nues à chaque étape de la préparation. Non seulement vos mains, mais aussi toute la cuisine doit être impeccable. La propreté est la loi numéro un pour le cuisinier de sushi. Après tout, il faut bien être sûr que ce que l’on mange est sans danger.



Sources : Nipponia / photos : Google image

Certains l'aiment cru : préparer des sushis & des sashimis
Commenter cet article

À propos

Amatrice de cuisine d'Extrême-Orient, mon blog a pour but de vous faire découvrir des recettes principalement Japonaises mais aussi Chinoises, Coréennes, Thaïlandaises, Vietnamiennes etc.